*

Espace vidéo

Tras la ballena, el bacalao.

A Saint-Pierre, les pêcheurs sortaient dans de petits bateaux vers la pêche locale et à proximité. Cette simple barque, le doris briserait les systèmes de pêche.

Publié le 20/10/11 0 réaction

Espace vidéo

<object> <param name="movie" value="../videos/player.swf?file=ModuleVideo/vi_792750001319107258.flv" /> <param name="quality" value="high" /> <param name="FlashVars" value="MM_ComponentVersion=1&autoPlay=false&autoRewind=false" /> <param name="AutoSize" value="true"> </object>

« Amène, Seigneur, la baleine et que nous soyons adroits pour lui planter le harpon. Pour vivre nous devons risquer nos vies dans la mer. Donnes-nous la grâce de saisir la baleine » Ainsi écrivait en 1627 l’un des premiers écrivains en Basque, Johannes de Etcheverry, dans trois phrases touchantes qui reflétaient l’incertitude et le risque de la chasse du cétacé depuis des chaloupes fragiles transportées dans des voiliers sur les côtes de la Terre-Neuve et du Labrador. C’était l’époque héroïque de la chasse à la baleine.



Vidéo aimablement offerte par Euskal Telebista diffusée sur leurs ondes dans le cadre d’une série dédiée aux Basques d’Amériques. Veuillez excuser la mauvaise qualité de certaines images d’époqued’Amériques. Veuillez excuser la mauvaise qualité de certaines images d’époque